L'expoxition sur Balenciaga au Musée de la mode et du textile vient de se terminer. C'etait une belle retrospective sur le travail et le génie de cet artisan qui chechait à "atteindre l'impalpable pour toucher au sublime". La première chose qui m'a frappée est la mise en scène du musée qui vient de rénover ses installations juste avant l'expo. Les costumes du siècles derniers nous sont révélés dans un décor futuriste. Toutes les explications sont des projections lumineuses sur les murs. Les légendes sont des écrans lumineux plaqués sur les vitrines. Afin protéger les matières qui sont sensibles à la lumière, l'éclairage est très faible. L'ambiance sombre règne parmis ces écrans incadescants et crée un atmosphère intéressante.
La deuxième chose qui m'a marquée est la taille des modèles. Tous les vêtements exposés font au moins le double de ma taille. Même s'il ne datent que de 30 à 50 ans, c'est flagrant à quel point la silhouette mode s'est aminci alors que la taille moyenne de la population a grossi. En fait, la différence entre les tailles se creuse. On pourrait dire qu'il y a plus d'obésité, comme il y a plus d'anorexie et la "classe moyenne" disparaît.

Enfin, après ses premières appréciations, les "oeuvres" m'ont aussi marquées par leur perfection, leur minimalisme et leur construction. En sculptant la manche raglan et sa silhouette ballon tout en flattant la silhouette féminine, Balenciaga a complètement transformé l'univers de la mode.

Par0107Int_17Par0107Int_16